mar. Oct 26th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Le 61ème anniversaire de l’Indépendance commémoré à Kidal

Le camp Général Abdoulaye Soumaré a accueilli les activités de la journée du 22 septembre, marquant la célébration à Kidal, du 61e anniversaire de l’indépendance du Mali. C’est par une revue des troupes du commandant du 72e régiment motorisé de Kidal et la montée des couleurs que la cérémonie officielle a débuté en présence des autorités régionales, de la société civile, de la population civile, qui a fait le déplacement en nombre et des partenaires, dont la MINUSMA, représentée par le Commandant en exercice de la Force du Secteur Nord ainsi que les représentants des sections du Désarmement, Démobilisation et Réinsertions (RSS-DDR) et du Bureau de la Communication Stratégique et de l’Information publique.

Le lieutenant-colonel Mahamadou Kéita a rendu hommage à toutes les personnes tombées pour le Mali, qu’elles soient civiles ou militaires, avant de revenir sur la singularité cette année de la fête d’indépendance.  » La particularité est que ce 22 septembre est fêté à Kidal avec éclat et la participation de tout le monde, les jeunes, les femmes et les militaires. L’espoir y est… «  !

Pour sa part, le Directeur de cabinet du Gouverneur de Kidal a aussi rendu hommage aux pères de l’indépendance et remercié toutes les couches sociales pour leur implication dans la célébration.  » C’est une date historique pour le Mali. J’exprime de la joie, de la satisfaction et de la reconnaissance puisque tout le monde a fêté ensemble. C’est une grande chose et avec ce système, nous pouvons aller de l’avant « , remarque Mahamadou Ismael Maïga.

Le défilé militaire et la participation de la société civile qui redonnent l’espoir du vivre ensemble aux populations de Kidal

La cérémonie du 22 septembre a été sanctionnée par un défilé des militaires et des jeunes de Kidal.  » La fête est très belle et elle m’a rappelé celles des années 1990 et 2000. Il y a le défilé, la société civile, les femmes et les jeunes qui sont là. C’est un évènement qui renvoie au vivre-ensemble d’antan « , témoigne Attiyoub Ag Intallah, Président de la société civile à Kidal.  » Mon message est qu’il est très facile de déclencher la guerre, mais c’est tout le monde qui construit la paix. Aujourd’hui, c’est un évènement qui redonne de l’espoir « , a-t-il ajouté.

Un match de football opposant les jeunes de la ville et l’armée reconstituée a mis fin aux activités commémoratives de la fête d’indépendance.

Source : MINUSMA