dim. Déc 5th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

1ère session de la cour d’assises 2021 de Kayes: 40 affaires inscrites au rôle concernant 67 accusés

Pendant 12 jours, les magistrats vont se pencher sur 40 affaires inscrites au rôle pour 67 accusés, dont 28 sont détenus. Les affaires sont relatives à la détention et la vente de drogues à haut risque, à 4 vols qualifiés, 3 viols, 5 coups mortels, un homicide volontaire, 3 meurtres, 9 cas de pédophilie, 4 incendies volontaires, 4 cas d’associations de malfaiteurs, un cas d’enlèvement de personne, de sorcellerie, assassinat et complicité, entre autres. L’ouverture des travaux de la session a eu lieu, le lundi 27 septembre, dans la salle d’audience de la Cour d’Appel de Kayes, en présence du Gouverneur, Colonel Moussa Soumaré et de l’ensemble de la famille judiciaire.

Doussou Samaké, condamnée à 5 ans de prison pour détention et vente de drogues à hauts risques et traite de personnes à Krouketo

Mère de deux enfants, Doussou Traoré, âgée de 53 ans,  a été arrêtée en 2018  par les éléments de l’Office régional de lutte contre les stupéfiants, à Krouketo, un gros site d’orpaillage, situé à 30 km de la ville de Kayes. Elle a comparu ce lundi 27 septembre devant la cour pour plaider coupable de la détention et de la vente de drogues, mais elle a  plaidé non coupable pour la traite de personnes sur le nommé Abdramane Sow, un garçon de 16 ans qu’elle avait recruté.

ans la lecture du procès de renvoi, la greffière explique que la nommée Doussou Samaké dite ‘‘Grande Sœur » a été arrêtée alors qu’elle vendait du cannabis et du tramadol à Krouketo. La perquisition menée à son domicile a permis de découvrir 2 Kg de chanvre indien et une quantité de tramadol. Officiellement, Doussou vend du café, mais officieusement, elle mène ce commerce de drogue en catimini. Lors de son arrestation, un jeune a ramassé un sac, puis s’est enfui. Peu de temps après, il est à  son tour arrêté par les éléments de l’OCS. Dans le sac qu’il a emporté,  il y avait une quantité de drogue. Ce garçon se nomme Abdramane Sow,  un jeune garçon de 16 ans que Doussou Samaké venait de recruter, à peine 5 jours.

 » Je vendais des drogues afin de nourrir mes enfants. »

Mère célibataire, Doussou reconnait avoir détenu et vendu de la drogue. Lorsque le Président de la Cour et le ministère public lui ont demandé pourquoi elle faisait cela, Doussou d’expliquer qu’elle a été  victime d’un incendie qui l’a  handicapée des pieds. Ensuite elle ajoute :  » Je les vendais afin de nourrir mes deux enfants. » Réponse à laquelle le ministère public a rétorqué en lui posant la question suivante :  » Donc, tu vendais de la drogue à d’autres enfants pour nourrir les tiens ? »

A l’autre question si elle connaissait les effets négatifs de ces drogues sur les êtres humains et surtout sur  les enfants, Doussou répondit par la négative et expliqua que les gens venaient acheter ces comprimés et d’autres produits pour aller travailler sur les sites d’orpaillage. Mais ce qui est paradoxal, c’est que la  nommée Doussou Traoré n’est pas à sa première condamnation pour une affaire de drogue. Un Conseiller de la Cour lui demanda si elle avait  déjà  fait la prison pour une histoire de drogues avant  cette affaire.

Doussou resta encore évasive à cette question, mais reconnut finalement qu’elle a eu à faire 1 mois et 7 jours en prison pour une affaire de drogue. Le ministère public rebondit sur cette réponse pour demander si ce premier séjour carcéral ne l’a  pas enseignée sur la nocivité des drogues.

Pour couper court à cet interrogatoire, elle a demandé pardon à  la Cour et a juré qu’elle  ne va jamais s’adonner à  de telles pratiques durant toute sa vie, ajoutant que les 4 années passées derrière les barreaux lui ont servi de leçon.

Le recrutement d’un mineur: la traite de personne.

Doussou fut arrêtée avec son tout nouvel employé, Abdramane Sow, qui venait à peine d’arriver chez elle. Lorsque le ministère public l’interrogea sur le recrutement du jeune Abdramane, l’accusée expliqua qu’elle a demandé à  un certain Diabaté de lui trouver un employé. Ce dernier fit venir Abdramane Sow de Djoliba à Krouketo aux frais de Doussou. Qui précisa qu’elle a recruté Abdramane pour l’aider dans ses travaux domestiques et à la vente du café mais pas à celle de la drogue.   » Je peux jurer qu’Abdrahamane n’a jamais vendu de drogues et ne savait pas que je les vendais. Quand j’ai été arrêtée, il a eu peur et il a emporté mes effets dans lesquels il y avait de la drogue. » 

Le ministère public lui demanda alors si elle  ignorait que le fait de recruter un enfant de 16 ans constituait une infraction de trafic de personnes. » C’est ici au tribunal que j’ai su que recruter une personne de moins de 18 est interdit. Je ne le savais pas. « , repliqua Doussou. Abondant dans le même sens, son avocat a expliqué que les textes ne sont pas expliqués aux populations, dont la majorité est analphabète. La cour a reconnu des circonstances atténuantes à l’accusée et l’a condamnée à 5 ans de prison assortis de sursis

Oumar Bagayogo, correspondant à Kayes

Source: l’Indépendant