dim. Déc 5th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Cour d’Assises spéciale de Bamako: Jugé pour  »appartenance à un groupe de combat en relation avec un groupe terroriste……  » Abdoulaye Mamoudou Bakay Diallo condamné à la réclusion criminelle à perpétuité

La cour d’Assises a rendu son arrêt, le vendredi 29 octobre, dans l’affaire du ministère public contre Abdoulaye Mamoudou Bakay Diallo accusé d’  » appartenir à un groupe de combat en relation avec un groupe terroriste, détention d’arme et de munitions de guerre en relation avec une entreprise terroriste « . La cour a retenu l’accusé, jugé par contumace, coupable en le condamnant à la réclusion criminelle à perpétuité et au paiement d’une amende de 10 millions de F CFA.

Selon l’arrêt de mise en accusation, le nommé Abdoulaye Mamoudou Bakay Diallo a été arrêté, le 30 novembre 2019, à Sare Seni, à 30 kilomètre de Mopti, par des éléments de la Force Barkhane au cours d’une traque des chefs du groupe  de l’Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS). Ainsi, Abdoulaye Mamoudou Bakay Diallo a été remis a été remis à la  Brigade d’investigations spécialisées aux fins d’enquête. Le Procureur de la Républiqueprès le Tribunal de Grande instance de la Commune VI du district de Bamako arequis l’ouverture d’une information judiciaire contre l’inculpé pour des faits d' » appartenance à un groupe de combat avec une entreprise terroriste et de détention, port et transport d’arme et de munitions de guerre avec une entreprise terroriste « .

L’accusé a été retenu dans les liens de l’accusation suivant les dispositions de la loi portant répression du terrorisme en République du Mali. Le 22 Juin 2020,  le nommé Abdoulaye Mamoudou Bakay Diallo a été inculpé et placé sous mandat de dépôt par le juge d’instruction du 9ème Cabinet du tribunal de grande instance de commune VI, pour les faits sus-indiqués.

L’inculpé a, au cours des enquêtes préliminaires, reconnu les faits qui lui sont reprochés en affirmant être affilié au groupe djihadiste Al Nustra Islam, au sein duquel, il a acquis l’arme trouvée en sa possession au moment de son interpellation.Il avait fait son mea-culpa, affirmant être affilié à ce groupe djihadiste depuis plus de 3 ans.

Le jury l’a condamné, le vendredi dernier, par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité et au paiement d’une amende de 10 millions de FCFA.

Paul Henri Fonta (stagiaire)

Source: l’Indépendant