dim. Nov 28th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Gestion de parking automobile à l’Autogare de Djicoroni-Para: Le SYNTRUI invite les autorités judiciaires à diligenter la procédure de jugement avant la survenue d’un drame 

Depuis un certain temps, le torchon brûle entre les membres du Syndicat des Transporteurs Routiers Urbains et Inter-Urbains (SYNTRUI), de la place de Djicoroni-Para, et les membres de la Coopérative de Transporteurs Routiers (CTR), voisins des premiers, autour de la gestion d’un parking automobile. Les membres du SUNTRUI ont animé, le week-end dernier, une conférence de presse pour informer l’opinion nationale de la mauvaise gestion de la Direction de Régularisation des Transports inter- Urbains (DRTU) des parkings de l’Auto-gare de Djicoroni-Para, provoquant, du coup, la tension entre les occupants.

Face aux hommes de médias, le Chef de ligne du SUNTRUI, Fodé Keïta a expliqué que la DRTU est un service rattaché à la Mairie du district de Bamako, chargé de la gestion des parkings au niveau des autogares. Ce sont les dirigeants de cette institution qui sèment la zizanie entre les occupants de l’autogare de Djicoroni-Para, a-t-il indiqué. Expliquant que, depuis un certain temps, les membres de la CTR (qui sont des Burkinabé n’ayant pas de véhicules), avec lesquels existe un contrat commun avec la mairie sur la gestion d’un parking, depuis plusieurs années, cherchent à rompre avec la convention pour demander le partage de l’espace. A cet égard,  ils ont démarché le chef divisionnaire de la DRTU, monsieur Bakayoko, qui leur a finalement donné un contrat, il y a de cela deux mois, moyennant le  » payement d’une certaine somme« . Alors que plusieurs jugements nous ont donné raison, a-t-il dénoncé.

Fodé Keïta de déclarer que le SYNTRUI dispose de quatre parkings à l’autogare, qu’il paye les taxes, depuis plus de 20 ans, n’a aucun problème avec la DRTU.

 » Alors, pourquoi ce service cherche-t-il à nous exproprier au profit de la DTR ? « , s’est-il interrogé. Par ailleurs, il a souligné qu’ils ont plus de 100 véhicules à leur disposition, dont certains proviennent de la Guinée, alors que le parking qui leur est réservé est réduit. Les membres du CTR sont des magasiniers ne disposant pas de véhicules, souvent, «  ils nous provoquent pour charger certains de nos véhicules en provenance de la Guinée « , a-t-il décrié. Toute chose qui pourrait provoquer un incident grave dans les jours à venir. Il a ainsi invité les autorités judiciaires à diligenter la procédure de jugement en vue de trancher entre eux, avant la survenue d’un drame, a-t-il conclu.

Falé  COULIBALY

Source: l’Indépendant