dim. Nov 28th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

A propos de notre article intitulé « Abdoulaye Diop ne convainc pas les ambassadeurs européens venus à sa rencontre « : L’ambassadeur de l’UE, Bart Ouvry s’égare et se couvre de discrédit

Réagissant à notre article paru dans la livraison n°5343 du vendredi 19 novembre 2021, l’ambassadeur de l’UE au Mali, Bart Ouvry a publié sur ses pages twitter et facebook le texte suivant qui a eu une certaine résonance dans les milieux non avertis : «Ce titre ne reflète déjà pas le contenu de l’article et le journaliste n’a même pas cherché à me parler. En cette période délicate, il est crucial de s’en tenir aux faits. Par ailleurs, mon entretien avec le chef de la diplomatie malienne s’est très bien déroulé et nous a permis de progresser et de rapprocher nos positions. C’est notre travail de tous les jours comme diplomates».

 Notre réponse

Le titre reflète bien le contenu de l’article car mettant suffisamment en évidence la disparité entre les positions du gouvernement malien et de l’UE sur les sujets abordés  sur la foi du communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali.

– Il n’était nullement nécessaire de  » chercher à faire parler  » M. Bart Ouvry étant entendu que sa position sur ces sujets ne peut diverger en aucun cas de celle de l’organisation dont il est le représentant au Mali. Laquelle position a été affirmée sans ambiguïté, le lundi 15 novembre, veille de l’entretien entre MM.Ouvry et Diop, au cours d’une réunion à Bruxelles des ministres des Affairés étrangères des  États membres de l’UE. Elle se résume en ceci:  » Les 27 Etats membres de l’UE se sont mis d’accord pour adopter un cadre légal de sanctions contre la junte au pouvoir au Mali, dans la foulée de celles annoncées par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). La Cédéao a imposé le 7 novembre dernier à Accra, des sanctions individuelles aux membres de la junte en raison du retard pris dans l’organisation des élections qui doivent consacrer le retour des civils au pouvoir après le double putsch d’août 2020 et mai 2021 . Le travail de l’UE sur son cadre de sanctions  » va continuer et nous espérons le finaliser bientôt  » a déclaré Josep Borrell:  » cela nous permettra d’adopter des sanctions contre ceux qui font obstacle à la transition « . (Le Monde Afrique avec l’AFP).

Pour rappel Josep Borrell est le Haut Représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité.

– Dans ce contexte de dégradation avancée des relations entre les autorités de la transition et l’UE, que l’ambassadeur de cette dernière au Mali écrive que « son entretien » avec Abdoulaye Diop  » s’est bien déroulé et (leur) a permis de progresser et de rapprocher les positions  » cela paraît tout à fait invraisemblable. A  moins qu’il ne prenne les lecteurs maliens pour des demeurés mentaux, ce qui serait une impardonnable méprise.

– Quant à sa remarque désobligeante et condescendante de « nous en tenir aux faits dans le contexte délicat  » que traverse le Mali, nous lui signifions qu’en matière de journalisme et de sens de la responsabilité nous n’avons rien à apprendre de lui.

Au plaisir de vous retrouver sur les réseaux sociaux, votre champ de tir favori, M.Bart Ouvry.

La Rédaction