dim. Nov 28th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Deuxième Session spéciale de la cour d’assises sur les crimes économique et financière Jugés pour  » atteintes aux biens publics et faux, usage de faux « : Le maire de Baguineda, Salia Diarra et les régisseurs Daouda Cissé et Yaya Traoré condamnés à 5 ans d’emprisonnements ferme

Arrêtés pour  » atteintes aux biens publics et faux, usage de faux « , le jeudi 17 octobre 2019, suite à une plainte de la Plateforme contre la Corruption et le Chômage au Mali (PCC), par le Procureur en charge du Pôle Economique et Financier de Bamako, puis ayant ensuite obtenu la « mise en liberté sous caution de 100 millions de FCFA  » et ayant été placés « sous contrôle judiciaire, le 29 mai 2020 « , le maire de Baguineda, Salia Diarra, les régisseurs de la mairie, Daouda Cissé et Yaya Traoré ont été condamnés par la Cour d’Assises spéciale sur les crimes économiques et financiers à 5ans d’emprisonnement ferme, le vendredi 19 novembre dernier. Le 2è adjoint au maire, Mamadou Samaké a été également condamné à 5ans d’emprisonnement, avec sursis, et le 3è Conseiller, Mamadou Sinayoko, déclaré non coupable.

Au terme de trois jours (mercredi 17, jeudi 18 et vendredi 19 novembre derniers) de débats houleux, de révélations, de témoignages sur « des irrégularités portant sur plus de 529 millions de FCFA dans la gestion de la Mairie de Baguineda, de 2015, 2016 et 2017 « , la Cour d’Assises spéciale consacrée aux crimes économiques et financiers a pu démêler les différentes responsabilités des accusés. Il s’agit du maire de Baguineda, Salia Diarra, de son 2è adjoint, Mamadou Samaké et du Conseiller Mamadou Sinayoko et des régisseurs de la mairie, Daouda Cissé et Yaya Traoré.

Après avoir écouté plus d’une trentaine de témoins, les plaidoiries des avocats des défenses, durant ces trois journées de procès, le ministère public, représenté par le Procureur, Boubacar Sidiki Samaké, prenant la parole, a accusé les élus locaux  » de trahir la confiance du peuple de Baguineda « , surtout le Maire principal, Salia Diarra. Il a aussi qualifié ce dernier, premier responsable de la Mairie,  » d’avoir orchestré un complot au sein de la mairie contre son propre électorat « .

Avant de déclarer que les inculpés ont manqué de sens éthique.  » Vous avez manqué de morale éthique pour mener votre mission à la tête de la mairie, car vous avez géré la mairie comme votre propre patrimoine familial « , a déploré le ministère public.

L’avocat du Maire  quant à lui, plaidé l’innocence de son client, en disant ceci :  » Le maire Salia Diarra n’est pas allé à l’école, il ne sait pas lire ni écrire et gérait la mairie au milieu d’intellectuels politiques, qui ne cherchaient qu’à abattre le maire principal « . Et d’ajouter :  » depuis l’élection à la tête de la mairie, en 2016, (conseillers), ils n’ont eu de cesse de l’abattre politiquement, sur tous les plans et par tous les moyens, c’est pourquoi, il a été victime d’un complot ».

 » Le maire Salia Diarra, une victime de faux et usage de faux  »

Ainsi, le Bâtonnier, Me Seydou Coulibaly a déploré que  » le maire principal n’étant pas instruit (ne sachant ni lire ni écrire), ses adversaires politiques ont tout fait pour procéder à des faux et usages de faux sur son dos « . Et de conclure :  » Il a été victime de faux et usages de faux avec imitation de sa signature « .

Sollicités pour dire leurs derniers mots, avant que le président de la Cour, le Juge Bamassa Sissoko se prononce sur leurs sorts, le Maire Salia Diarra, le Régisseur Yaya Traoré n’ont pas nié les faits à leurs  reprochés, sans les reconnaitre aussi, arguant  » rester derrière la justice « .

Bien que le ministère public ait plaidé pour que ces trois élus locaux soient condamnés à 20 ans d’emprisonnement ferme, la Cour d’Assises spéciale consacrée sur les crimes économiques et financiers, tenant compte de circonstances atténuantes accordées aux accusés, a déclaré condamner le maire de Baguineda, Salia Diarra, et les régisseurs Daouda Cissé et Yaya Traoré pour 5 ans d’emprisonnement ferme et au paiement d’une amende de 500. 000 FCFA, chacun, pour  » atteintes aux biens publics, faux, usage de faux « . Quant au 2è adjoint au maire, Mamadou Samaké, il a été condamné à 5 ans d’emprisonnement avec sursis. Cependant, le 3è Conseiller, Mamadou Sinayoko a été déclaré non coupable.

Toutefois, pour obtenir leur libération, les inculpés se sont constitués en partie civile pour s’engager au remboursement de la somme totale  » de 529 millions de FCFA d’irrégularités dans la gestion de la Mairie de Baguineda, en 2015, 2016 et 2017 « . Ils ont aussi été condamnés à payer une somme globale de 20 millions de FCFA de dommages-intérêts à la Mairie.

Les inculpés ont trois jours pour faire appel.

Daouda SANGARE

Source: l’Indépendant