dim. Déc 5th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Poignardé le 15 novembre par un jeune  » disciple « : Un fils du cherif de Nioro décédé  mardi à Tunis

Agressé au couteau, le 15 novembre dernier, Seydina Ali Haïdara, l’un des fils du Chérif Mohamedou Bouyé ould Hamallah, est décédé, le mardi 23 novembre, à Tunis, plongeant les musulmans du Mali et de la sous-région  dans l’émoi et provoquant une tristesse indicible au sein de la communauté Hamalliste. Son corps est attendu au Mali dans les prochaines heures.

Rappelons que la victime s’apprêtait à prier  » al Maghreb «  [crépuscule] aux côtés de son père Mohamedou, dans son lieu de retraite dit « Badiyé », situé  à moins d’un km de sa résidence,  quand l’agresseur, Seydou Guindo, l’a poursuivi pour lui asséner plusieurs  coups de couteau à l’aine, lui perforant l’abdomen, selon certains témoignages.

Transporté au Centre de Santé de Référence de Nioro, il y passa la nuit avant d’être conduit à Bamako pour des soins appropriés et par la suite évacué à Tunis où il succomba.

Son agresseur, un jeune sympathisant de la tarigua Tidiani Hamalliste, était venu de son propre chef, selon toute vraisemblance,  à Nioro du Sahel où il officiait depuis cinq ans comme domestique et présentait des signes d’instabilité mentale, selon certains témoins. Mais, pour d’autres, il s’agirait d’un acte délibéré dont le mobile réel échappe encore  à l’entendement.

Arrêté et remis aux forces de l’ordre Seydou Guindo ne s’est pas encore ouvert sur ses intentions réelles, à l’heure où nous écrivons ces lignes.

Le corps de Seydina Ali Haïdara ould Bouyé Mohamedou est attendu au Mali dans les prochaines heures. Il sera inhumé dans la ville pieuse au carré chérifien du cimetière dit de  » la route de Gadiaba. »

DSO

Source: l’Indépendant