dim. Nov 28th, 2021

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Contente d’avoir gagné le procès qui l’opposait aux prédateurs fonciers: L’association des détenteurs de parcelles à Kouralé félicite la justice et invite les spéculateurs à respecter cette décision

Après plusieurs années de tracasserie à la justice, la Cour Suprême de Bamako vient de délivrer le certificat de non recours à l’association des détenteurs de parcelles à Kouralé (ADPK) en la proclamant gagnante du procès qui l’opposait à certains spéculateurs fonciers qui voulaient s’accaparer desdites parcelles. L’information a été donnée, le mercredi 24 novembre, par les responsables de l’association, lors d’une conférence de presse au cours de laquelle ils ont félicité la justice d’avoir dit le droit sur cette affaire.

En effet, depuis un certain temps, un litige foncier oppose l’association des détenteurs de parcelles à Kouralé et des prédateurs fonciers. Composées de 1260 familles, ces personnes avaient acquis leurs parcelles légalement auprès du chef de village de Kouralé en 2003. Malheureusement, à leur grand dam, quelques années après leur acquisition, suite à la pose de la première pierre de l’université de Kabala, des spéculateurs fonciers (travaillant à la mairie et à sous-préfecture de Kalabancoro) sont entrés dans la danse. Voyant que le site est en phase d’être mise en valeur, ces vautours ont fait main basse sur lesdites parcelles. A noter que l’espace en question faisant objet de litige concerne 42 hectares.

C’est à la suite de cette dépouillement que ces personnes se sont réunies au sein d’une association pour ensuite saisir la justice afin qu’elles puissent être remises dans leurs droits.

Ayant gagné tous les procès concernant ladite affaire, l’ADPK a ainsi remis à chaque propriétaire sa parcelle qu’il avait perdue. Selon son président Sory Diarra, tous les documents qui avaient frauduleusement été attribuées par les spéculateurs fonciers sur ces terres, ont été annulés par le tribunal.

Toutefois, à l’en croire, sur les 42 hectares concernés, ce sont 39 hectares qui ont été récupérés. Les 3 hectares restants seraient au nom d’une certaine Assan Diarra qui n’existerait pas.  »  Cela fait plus de 9 mois que nous cherchons à rencontrer cette dame sans succès. Chose qui nous a amené à émettre des doutes quant à son existence même. De plus, les documents que ses supposés avocats  détiennent en leur possession relèvent plutôt de Kabala et non de Kouralé  » a-t-il indiqué.

Malgré le verdict de la Cour suprême qui les désignés comme les vrais propriétaires des parcelles litigieuses, un petit groupe de personnes à la solde des spéculateurs fonciers, continuent toujours de perturber certains dans la réalisation des travaux d’aménagement sur leurs terres.  » Nous remercions la justice et nous lui faisons confiance. Nous ne voulons pas de conflit. Tout ce que nous voulons, c’est que les spéculateurs fonciers sachent qu’ils doivent respecter une décision de justice « , a dit, pour sa part, Amadigué Coulibaly, secrétaire général de l’ADPK.

Ramata Kéita

Source: l’Indépendant