jeu. Jan 20th, 2022

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Jugé par contumace pour  » faux et usage de faux  » portant sur 150 000 000 FCFA: Moukaïla Hamadou condamné à 20 ans de réclusion criminelle et au remboursement de la somme incriminée

La Cour d’assises spéciale s’est penchée, hier mardi 7 décembre, sur l’affaire ministère public contre Moukaïla Hamadou accusé de  » faux et usage de faux  » portant sur 150 000 000 FCFA au préjudice du ministère de la Culture courant 2014.

C’est le 9 avril 2014 que le Directeur des Finances et du Matériel (DFM) du ministère de la Culture, Nouhoun Diallo, porta plainte contre x pour  » faux et usage de faux «  en écriture comptable contre l’auteur d’émission sur le budget de son département du bordereau N°3009 du 4 novembre 2013 et des mandats N°8871, 8872 et 8873 d’un montant de 150 000 000 F CFA.

Il ressort de l’information que les termes de ladite plainte, la signature imitée et le cachet authentique du DFM ainsi que le visa du contrôleur financier ont légitimé les mandats N°8871, 8872 et 8873. C’est suite à la détection d’une anomalie portant sur le numéro par la Paierie Générale du Trésor que cette structure a procédé à la dénonciation de celle-ci au ministère de la Culture. C’est ainsi que Moukaïla Amadou a été épinglé et inculpé par la suite pour  » faux et usage de faux « .

Au cours de la procédure, l’inculpé, né en 1982 et gestionnaire de son état-civil a reconnu les faits qui lui sont reprochés tant à l’enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur. Il soutiendra qu’il était le Directeur Administratif et Financier de la société Askia Construction, qui avait obtenu le marché de la rénovation du Mémorial Modibo Kéita et de la restauration du fort de Médine, financé par la Banque Commerciale du Sahel (BCS). Cette dernière attendait le remboursement de ses investissements qui devait débuter fin 2013. Se  » sentant acculé par la banque « , le nommé Moukaïla Hamadou a effectivement scanné la signature et le cachet du Directeur des Finances et du Matériel (DFM) du ministère de la Culture ainsi que du Contrôleur financier, qui ont été par la suite apposés sur le bordereau N°3009 du 4 Novembre 2013 et des mandats N°8871, 8872 et 8873 d’un montant de 150 000 000 FCFA.

Ces documents, une fois déposés à la BCS par les soins de Moukaïla Hamadou, ont été par la suite envoyés par celle-ci au Trésor pour le paiement et c’est à ce niveau que la Paierie avait décelé une anomalie d’où cette procédure de faux et usage  de faux à l’encontre de Moukaïla Hamadou.

Par ailleurs les renseignements de personnalité recueillis sur l’inculpé lui sont favorables. Ils font apparaître qu’il ne souffre d’aucune anomalie, mentale ou psychique de nature à influer sur sa responsabilité pénale.

En conséquence la Cour a infligé une peine de 20 ans de réclusion criminelle à Moukaïla Hamadou pour  » faux et usage de faux  » et l’a condamné au paiement des 150 000 000 FCFA.

O. BARRY

Source: L’Indépendant