jeu. Jan 20th, 2022

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Zone aéroportuaire de Bamako Senou: La plateforme des victimes désigne ses représentants au sein de la commission d’enquête

Le gouvernement de la Transition a annoncé la création d’une commission d’enquête sur les occupations et les démolitions de la zone aéroportuaire de Bamako Senou. A cet effet, la plate-forme des victimes a dévoilé, le lundi 6 décembre, au cours d’un point de presse, une liste de quatre personnes qui siégeront en leur nom au sein de cette commission.

Suite à l’annonce du gouvernement de la création d’une commission d’enquête sur les démolitions et les occupations de la zone aéroportuaire de Bamako Senou, la plate-forme des onze villages et quartiers ont, au cours d’une assemblée générale, délégué quatre personnes qui les représenteront dans ladite commission.

Il s’agit de son porte-parole, Abdoul Salam Togola, de Youssouf Diallo, de Boyo Konta et de Abdoulaye Coulibaly.  » Bien que la commission nationale d’enquête ait vu le jour en retard, nous avons décidé d’y siéger. Nous pouvons dire que c’est une avancée majeure dans affaire dite de la zone aéroportuaire. « , a précisé Abdoul Salam Togola.

Il a aussi révélé que c’est sur les réseaux sociaux que sa plateforme q vu le décret sur la mise en place d’une commission d’enquête nationale.  » C’est le même document qui indique que la plate-forme doit proposer quatre personnes pour siéger dans la commission « , a-t-il déclaré.

Enquêtes administratives

Il souligne par ailleurs que les demandes et recommandations de sa plateforme restent inchangées. Il s’agit du déménagement de l’aéroport vers son site officiel qui est Sanankoroba, le dédommagement des victimes, la traduction des fautifs de la démolition devant les juridictions, l’arrêt définitif des démolitions.

A noter que cette commission aura pour mission de mener des enquêtes administratives sur les occupations et les démolitions de la zone aéroportuaire de Bamako Senou. Elle sera chargée de déterminer l’étendue exacte de la zone occupée, de préciser le statut actuel de la zone, de vérifier les conditions d’occupation à travers un recensement de l’ensemble des actes détenus par les occupants, la nature des actes et les autorités de délivrances.

S’y ajoutent, l’identification et la catégorisation des occupants par zones et par vagues d’occupations, la détermination des conditions et des modalités d’intervention des démolitions, l’évaluation des coûts des démolitions faites et à venir et les réalisations faites par les occupants.

Abdoul DEMBELE

Source: l’Indépendant