jeu. Jan 20th, 2022

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Formation à l’identification et à la transformation des pierres précieuses et fines du Mali: Le PGSM outille les membres des associations féminines minières

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités du Projet de Gouvernance du Secteur des Mines (PGSM), deux ateliers de formation des femmes à l’identification et à la transformation de pierres précieuses et fines ont été clôturés, hier mardi, au cours d’une cérémonie au Conseil National du Patronat du Mali (CNPM) sous la présidence du ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré.

Plusieurs acteurs  évoluant dans le secteur des pierres ont du mal à faire une différence entre le diamant et les pierres fines. Cette méconnaissance des pierres, très souvent, est à la base de nombreux conflits entre les différents acteurs impliqués dans la découverte de la pierre sur la nature supposée de la pierre. Fort de ces constats, le PGSM a organisé une séance de formation à l’intention de 51 femmes, membres de l’AFEMINE et de la FEMIMA sur l’identification des pierres précieuses et fines du Mali.  Elle s’est tenue, du 20 septembre et 21 octobre dernier et a concerné des femmes venues des régions de Kayes et de Sikasso, évoluant dans le domaine des pierres.

Cette formation avait pour objectif d’initier les femmes à la gemmologie, particulièrement l’identification et l’évaluation des pierres fines et précieuses, qui permettent de mieux connaitre leurs caractéristiques et leurs valeurs marchandes. A la fin de la formation, chacune des participantes a reçu un mini-kit de gemmologue composé d’une balance électronique, d’une loupe et d’une pince à diamant.

Un vivier de formatrices

Après cette formation, le PGSM a initié une seconde formation, qui s’est tenue du 15 novembre au 10 décembre. Elle a concerné 11 femmes sélectionnées à l’issue de la formation relative à la transformation des pierres précieuses et fines en raison de leur assiduité. Ces  femmes, destinées à être des formatrices, ont été formées aux techniques de taillage, polissage et sertissage des pierres précieuses et fines. Elles constitueront, après leur formation de perfectionnement à l’extérieur, un vivier de formatrices qui aura la lourde tâche d’assurer la formation des autres actrices et acteurs du secteur des pierres.

A l’issue desdits ateliers, les participantes ont formulé de fortes  recommandations. Il s’agit notamment de la poursuite de la formation des 40 femmes restantes et leur installation par groupe dans les métiers de transformation des pierres, la promotion des pierres fines du Mali à travers l’appui et le soutien des Petites et Moyennes Entreprises (PME) de transformation des pierres fines, l’organisation de foires ou de Journées sur les pierres fines, l’appui à la participation des femmes du secteur aux foires internationales et la délivrance de certificat d’origine.

Dans son mot de bienvenue à la clôture des travaux, le Coordinateur du PGSM, Hamara Touré a remercié le ministre des Mines pour sa constance dans le soutien  au PGSM ainsi que la Banque Mondiale pour sa bienveillance et son accompagnement à ce projet. Il a  remercié les partenaires  pour leur constance surtout leur présence aux activités artisanales. Avant de féliciter et remercier le directeur du Bureau de diamant brut et la spécialiste Genre et Développement Local du PGSM pour leur implication active pour la réussite de ces formations.

Soutien des autorités de la Transition

Pour sa part, le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré a indiqué que ces formations s’inscrivent parmi les actions de la sous composante C3 du projet, qui soutient l’autonomisation économique des femmes et des jeunes à travers l’appui aux associations féminines minières (AFEMINE et FEMINA et ARDI) à former leurs membres dans des professions non minières dans lesquelles les femmes jouissent d’un avantage comparatif (collecte, taille, polissage et fabrication de pierres semi-précieuses pour la bijouterie ou l’art).

Il a appelé que le Gouvernement de la Transition, à travers son département, entend faire du secteur minier, un des moteurs du développement économique et social du pays par son intégration à l’économie. Ce qui passe par la transformation des produits issus de l’exploitation minière sur place et par les Maliennes et Maliens, soutient-il.

Lamine Seydou Traoré a ainsi exprimé «  le soutien de son département à accompagner le PGSM pour la réussite de son programme de formation et d’insertion des groupes de femmes dans les métiers de pierres « .

La remise des attestations de formation a mis fin à la cérémonie de clôture des ateliers de formation.

Falé  COULIBALY

Source: l’Indépendant