jeu. Jan 20th, 2022

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Pour renforcer le processus de paix au Mali: Une session de réappropriation du contenu de l’Accord issu du processus d’Alger amorcée

L’hôtel de l’Amitié abrite depuis le mercredi 22 décembre un atelier de formation de trois jours sur la dissémination de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale issu du processus d’Alger. Une initiative soutenue par la Mission de l’Union africaine pour le Sahel (MISAHEL).

Pour la circonstance, le représentant de la MISAHEL, Fulgence Zeneth, a rappelé que son organisation, à travers son défunt président  Pierre Buyoya, a pris part à tout le processus de dialogue ayant abouti à la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, en 2015. Ainsi, il a réitéré l’accompagnement de l’organisation Africaine pour sa mise œuvre afin de garantir un retour de la paix et la sécurité au Mali. Avant de déplorer la lenteur dans la mise en œuvre de ce document six ans après sa signature.

Quant au Secrétaire général du ministère de la Réconciliation, de la Paix et de la Cohésion Nationale, Sidy Camara, il a rassuré l’assistance que l’Accord va être mis en œuvre. C’est ainsi qu’il a souligné que cela a déjà débuté. L’occasion pour lui de préciser aux participants que l’une des difficultés de cette mise en œuvre est aussi l’environnement et la compréhension des populations sur l’Accord. C’est d’ailleurs ce qui justifie, à ses yeux, la tenue de cette session de formation de quelques jours. Selon lui, il s’agit de trouver des solutions aux difficultés en mettant à niveau les acteurs sur le contenu du document. Ainsi, ceux-ci à leur tour partageront les informations au cours des différentes sessions de formation pour une large diffusion du contenu dudit Accord.

Cependant, M. Camara a souligné qu’il ne s’agit pas «d’interpréter l’Accord» mais de procéder plutôt «à la diffusion de son contenu» au profit des participants à ladite session de formation.

Oumar BARRY

Source: l’Indépendant