jeu. Mai 19th, 2022

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Maitre Kassoum Tapo sur le décès du président:  « Le Mali et l’Afrique perdent un Grand Fils  » ‘apprends avec une infinie tristesse le décès du Président Ibrahim Boubacar Keita.

Une estime réciproque, une fraternité et une amitié jamais démenties depuis plus de 45 ans que je l’ai côtoyé à Paris dans le combat pour la Liberté et la Démocratie au sein de la FEANF (Fédération des Étudiants d’Afrique Noire en France) et du CDLDM (Comité de Défense des Libertés Démocratiques au Mali) .

Patriote, démocrate et républicain dans l’âme, il fut un Homme d’Etat au parcours inégalé dans le service de l’Etat : Ambassadeur, Conseiller Spécial du Président de la République, Ministre des Affaires Étrangères, Premier Ministre pendant 6 ans, Président de l’Assemblée Nationale pendant 5 ans, Président de l’UPA (Union Parlementaire Africaine), Président de la République pendant 7 ans .

Je m’honore d’avoir été son vice-président à l’Assemblée Nationale, son Conseiller Spécial à la Présidence de la République et deux fois Ministre dans son Gouvernement.

Homme d’Etat, Homme de culture, Grand humaniste et Panafricaniste convaincu, le Mali et l’Afrique perdent un Grand Fils.

En cette journée dominicale triste et bénie du Seigneur, je pense à ma grande sœur Ami, sa fidèle et digne compagne pour la vie, à ses enfants, tous ses enfants, qui n’auront même pas la consolation de prier sur sa dépouille. Ainsi l’aura voulu le Tout Puissant, rendons Lui Grâce.

Très Cher Grand Frère, Je garde comme un ultime témoignage prémonitoire de fraternité quasi-consanguine pour l’Eternité, le magnifique ouvrage de Jean Bernard de l’Académie Française, le Sang des Poètes, que tu m’as offert, il y a tout juste quelques semaines.

Dors en Paix, très cher Grand Frère.