UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Sokoniko : un enfant de deux ans retrouvé mort, amputé de trois organes

C’est le dimanche, 20 février dernier, qu’une famille, vivant à Sogoniko (Commune VI), donna l’alerte sur les réseaux sociaux sur la disparition de son enfant du nom de Seydou Ouénogo. Le lendemain matin, les parents découvrirent le corps du garçonnet sans vie, dans un puits d’un de leurs voisins.

Le pays enregistre une hausse de meurtres d’enfants, accompagnée de l’enlèvement de leurs organes par les auteurs. Une pratique en rapport avec les crimes rituels. Le cas de Seydou Ouénogo est révélateur, à cet égard.

Selon des témoignages recueillis, c’est avec stupéfaction que les parents firent la découverte du corps sans vie de leur rejeton, hier, lundi 21 février, dans un puits, après une longue et angoissante journée de recherches. Le garçonnet de 2 ans, est le fils de Sékou Ouénogo et de Nagnouma Bagayoko, tous résidant à Sokoninko, en Commune VI du district de Bamako. Toujours selon nos informations, c’est dans l’après-midi du dimanche que les parents ont constaté la disparition de leur enfant, qui était en période de convalescence après une circoncision. Du coup, la famille et les voisins se sont mis à sa recherche, tout en diffusant un avis de recherche sur les réseaux sociaux.

Selon un membre de la famille,  » les recherches ont été intenses, on a sillonné les coins et recoins du quartier. On a fait appel à des professionnels pour descendre dans les puits de la famille et du voisinage, ce jour.  C’est à la grande surprise qu’hier, au petit matin, en scrutant de nouveau un puits, que l’on a retrouvé le corps de l’enfant, sur lequel l’on a relevé la disparition de trois organes, dont le sexe », a-t-il fait savoir. Ajoutant que le Commissariat de police du 7è Arrondissement a été saisi pour les enquêtes.

Il convient de rappeler qu’il y a quelques mois, un cas similaire s’est produit à Mamaribougou (Commune du Mandé), où M. Kéita a découvert  le corps sans  vie de son enfant albinos de 8 ans.

Paul Henri Fonta, Stagiaire

Source: L’Indépendant

 

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.