UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Zones libérées du joug des terroristes par les FAMAS: Le retour de l’Administration Judiciaire en examen

Le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Mamoudou Kassogué, a procédé, hier lundi, à l’Hôtel Salam, à l’ouverture des travaux des Journées de réflexion et de planification stratégique sur la réforme de la Justice et le Déploiement des acteurs de la Justice dans le Centre et le Nord du Mali.

L’ouverture des travaux s’est déroulée en présence de Marie Guiraud, de la MINUSMA, et du Directeur de la Direction Nationale des Affaires Judiciaires et du Sceau (DNAJS), Mohamed Maouloud Najim. Les participants sont les magistrats, les personnels de l’administration pénitentiaire et les partenaires.

Ces journées, selon Marie Guiraud de la MINUSMA, visent à approfondir les réflexions entre partenaires et participants sur la planification stratégique de la réforme de la Justice et le déploiement des acteurs de la Justice dans le Centre et le Nord du Mali. Cela en vue de permettre aux partenaires d’identifier les priorités des autorités de la Transition,  » faire l’état des personnels judiciaires déployés au Centre et au Nord du Mali représente une priorité pour assurer la prééminence de l’état de droit, qui est un élément fondamental de la paix durable « , a-t-elle argué. Avant de saluer ce partenariat entre la MINUSMA, le PNUD et le ministère de la Justice.

De son côté, le ministre de la Justice, Mamoudou Kassogué, a rappelé que les Journées d’échanges permettront de débattre de la problématique du retour des services publics de l’Etat, des autorités judiciaires et pénitentiaires dans les zones affectées par la crise sécuritaire, au Centre et au Nord du pays. Il a précisé que l’amélioration de la situation sécuritaire grâce aux efforts remarquables des FAMa incite à engager une telle réflexion, afin que les zones libérées du joug des terroristes et autres forces obscurantistes puissent être occupées très rapidement par les services de l’Etat,  » le retour de la sécurité, qui est un préalable à la présence de l’Etat dans les zones concernées, devient de plus en plus une réalité « , a-t-il dit.

Il a, par ailleurs, fait remarquer que les réformes législatives envisagées, notamment dans le secteur de la justice, participent, pour une large part, de la refondation dont notre pays a besoin pour apporter un .

Oumar BARRY

Source: L’Indépendant

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.