UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Assistance des populations en conseil face aux problèmes juridiques: Le Centre d’Appel  » Hakew Kunafoni  » inauguré hier

Le ministre de la Justice, Mamoudou Kassogué, en compagnie du Directeur de Mali Justice Project, Me Jean Lavoie, a procédé, hier, à Maeva Palace, au lancement officiel du Centre d’Appels juridiques d’accès à la justice, dont le service est joignable au numéro vert 80 00 22 46.

C’était en présence du ministre délégué en charge des Réformes politiques et Institutionnelles, Mme Fatoumata Sékou Dicko, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, Pr Amadou Keïta, de la Directrice de l’USAID au Mali, Mme Lutz et du Vice-président du Haut Conseil Islamique, Ibrahim Kontao. Ce Centre est le fruit d’une collaboration innovante entre le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme et  Mali Justice Project (MJP).

Selon le Directeur de AD Contact, Sinaly Diarra, le Centre dispose d’un plateau technique à la hauteur de l’attente. Puisqu’il répond aux besoins des populations en termes d’informations juridiques, judicaires et de renseignements administratifs. A cet effet, Me Tall Nadia Biouele, s’est réjouie d’être partenaire de ce projet en sa qualité d’Employeur et de Formateur des téléconseillers juridiques, et a réitéré son plein engagement dans l’accompagnement de cette phase pilote, qui s’achèvera le 10 novembre 2022.

L’avocate a saisi l’occasion pour féliciter les premiers téléconseillers, qui ont accepté de relever le pari. Puisque leurs capacités ont été renforcées dans 13 thématiques et, surtout, à l’éthique et la confidentialité, avant d’être installés à leurs postes.

D’importantes initiatives en cours pour la modernisation de la Justice

De son côté, le Directeur du MJP, Me Jean Lavoie, a souligné que ce projet entre dans le cadre des objectifs du MJP, financé par l’USAID pour le renforcement de l’Etat de droit au Mali. Pour l’exécution, le Projet a sollicité le cabinet Juridique Hera Conseils et un centre d’appel ADKontact pour finaliser le processus de mise en place. Le service se fera à trois niveaux. Il s’agit des informations générales comme les démarches administratives, les conseils juridiques et l’assistance juridique et judiciaire.

Pour sa part, le ministre de la Justice, Mamoudou Kassogué, a indiqué que ce dispositif contribuera à résoudre certains des problèmes récurrents auxquels sont confrontés les justiciables maliens, parmi lesquels, l’éloignement géographique, le coût d’accès à la justice et la langue dans laquelle la justice est rendue. Outre les conseils et l’orientation des usagers, le Centre « Hakew Kunafoni » offrira désormais aux populations les informations juridiques et administratives dont elles ont besoin pour faire valoir leurs droits.  » Je me réjouis de l’ouverture de ce centre à un moment où les Autorités de la Transition sont engagées dans un vaste mouvement de refondation, qui doit se traduire par un changement qualitatif dans tous les secteurs de la vie socio-politique et économique de notre pays « , a-t-il fait remarquer.

Le ministre Mamoudou Kassogué a rappelé qu’il revient à l’Etat d’assurer la pérennité du centre à travers le financement de ses activités.  » C’est le lieu pour moi, non seulement, de rassurer le Partenaire USAID pour le respect de cet engagement, mais aussi de solliciter l’accompagnement des autres partenaires du département « . Ajoutant que d’importantes initiatives sont en cours afin de relever le défi de la modernisation de la justice pour la rendre plus performante et plus efficace. Il s’agit, notamment, de l’informatisation et de l’interconnexion des services judiciaires qui permettront de renforcer, substantiellement, l’accès à la justice, la production de statistiques fiables pour une meilleure planification, et l’amélioration de la qualité du service de la justice par un contrôle en temps réel.

Oumar BARRY

Source: L’Indépendant

 

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.