UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Débrayage de stations-services en vue: Le comité syndical des pompistes et vendeurs des stations-services Total, Shell, Ola Energie et Oryx lance un préavis de grève de 72 heures

Le samedi 19 mars dernier, le siège du SYNABEF, sis à sébénikoro, a abrité une conférence de presse, animée par les 4 Secrétaires généraux des comités syndicaux des stations-services susnommées. Ladite conférence a été mise à profit par le comité syndical pour lancer un préavis de grèves de 72 heures, à compter du 6 avril prochain, en cas d’insatisfaction des 9 points de revendication introduits par le comité auprès des dirigeants de ces 4 stations-services.

Après une grève de 72 heures, observée par les pompistes d’Oryx, Shell et Total, du 27 au 28 octobre 2021, dont la conciliation n’a toujours pas été prise en compte, le comité syndical des pompistes et vendeurs des stations-services de Total, Oryx, Shell et de Ola Energy, a, au cours d’une conférence de presse, tenue le 19 mars dernier, lancé un préavis de grève de 72 heures, à compter du 6 Avril prochain.

Les 9 points de revendications sont relatifs au respect du PV de conciliation, signé le 25 novembre 2021, exigeant la transposition dans le secteur privé des augmentations de salaires obtenues en 2014, 2019, conformément au protocole d’accord de 1994, signé entre l’UNTM, le CNPM et le gouvernement ; à la conformité des bulletins de salaire au Code du travail et de la Convention collective des entreprises pétrolières avec rappel depuis l’embauche ; au strict respect du décret N° 148 PG- RM du 22 novembre 1971, fixant les modalités de gestion et de financement du fonds social ; à la régularisation des contrats de travail des pompistes des entreprises de pétrole, sans exception, avec la stricte application du code du travail ; au rappel des paiements des cotisations à l’INPS des travailleurs, depuis l’embauche ; à l’établissement d’un contrat direct des travailleurs avec les entreprises (TOTAL ENERGY, VIVO ENERGY, OLA ENERGY et ORYX), compte tenu de l’instabilité des contrats avec les gérants et les bureaux de placements, à la relecture des conventions de distribution d’hydrocarbures (entreprise de pétroles) ; à la reprise de tous les travailleurs renvoyés illégalement ou dégradés de leurs postes ; et, enfin, à la bancarisation de tous les salariés des entreprises pétrolières.

Les quatre Secrétaires généraux du comité syndical des quatre stations-services ont dénoncé les injustices des dirigeants de ces empires pétroliers.  » On a convoqué cette conférence de presse pour dénoncer la mauvaise foi et les injustices pratiquées depuis des décennies par les patrons de nos différentes stations-services. Face à différentes situations et, surtout, au non-respect des engagements, nous avons décidé de lancer un préavis de grève, du 6 au 8 avril prochain. », a fait savoir Kadary Dembélé, Secrétaire général du comité syndical d’Oryx-Energy, sur un ton révolté, sollicitant par la même occasion l’indulgence de la population vis-à-vis de leur lutte contre  l’injustice.

La gorge nouée, Souleymane Sangaré, Secrétaire général du comité syndical de la station-service Shell affirme que  » depuis la signature du PV de conciliation après la grève d’octobre dernier, jusqu’à ce jour, rien n’a changé. Nous allons continuer en grève illimitée si, après les 72 heures, rien n’a encore bougé « , a-t-il dit. Pour Sayon Keïta, Secrétaire général du comité syndical de la station-service,  » l’entreprise est ce qu’elle est aujourd’hui grâce à nos efforts. Si tu commences à travailler dans une station, on te fait signer un contrat avec le gérant. Du jour au lendemain, ce dernier est relevé, et le nouveau, qui vient, te fait signer un essai, donc tu reviens à zéro. Si ta tête ne lui plait, tu peux être renvoyé à tout moment, même après 20 ans de service. Nous avons recensé nombre de cas pareils de renvoi illégal, un peu partout « , a-t-il déploré, ajoutant qu’après être passés par toutes les procédures légales, le dernier recours pour eux est cette grève, à partir du 6 avril.

Paul Henri Fonta, stagiaire

Source: L’ Indépendant

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.