UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Pour avoir « agi sans mandat et avec des documents fallacieux »:Le Syndicat des Travailleurs de Moov Africa Malitel assigne Adama Traoré en  justice pour la  » réparation de préjudices  » estimés à 800 millions de FCFA

Après DFA, qui l’a déjà assigné en justice suite à ses propos malveillants, le président du REMACOTEM, Dr. Adama Traoré fait l’objet d’une autre plainte, déposée contre lui par le Syndicat des Travailleurs SOTELMA-Malitel. Le Secrétaire général dudit syndicat, Sayon Doumbia, agissant au nom de ses camarades, a saisi le Procureur de la République près du Tribunal de Grande instance de la Commune Il du District de Bamako, pour  » usurpation de titre, de fonction et escroquerie « . Il demande, à cet effet, la réparation des préjudices estimés à 800 millions de FCFA.
Dans une de nos précédentes publications sur l’affaire de facturation du répondeur, ayant conduit la Cour d’Appel à condamner les opérateurs de télécoms (Orange-Mali et Malitel) au paiement de plus de 176 milliards de FCFA, nous écrivions, en substance, que le président du REMACOTEM, Dr Adama Traoré ne peut et ne doit représenter nullement tous les consommateurs maliens de télécommunications, à forte raison empocher une telle somme en leur nom.
La plainte du Syndicat des travailleurs de Sotelma-Malitel vient conforter cette thèse. En effet, dans son document adressé au Procureur, le Syndicat rappelle que, courant 2021, le Sieur Adama Traoré avait assigné les deux opérateurs de Téléphonie Mobile (Orange Mali et Sotelma Malitel) pour facturation du répondeur. Le Tribunal, saisi à l’époque, avait rejeté la demande de M. Adama Traoré, mais cette décision fut infirmée par la Cour d’Appel de Bamako et les deux opérateurs de téléphonies ont été condamnés au paiement de sommes faramineuses et à la saisie de leurs comptes.
Cependant, le syndicat précise qu’il ressort des textes régissant les deux Sociétés (Orange et Malitel) que les syndicats de ces entreprises font partie des consommateurs. A ce titre, ceux-ci estiment que  » le Sieur Adama Traoré ne peut aucunement se présenter devant les autorités judiciaires pour réclamer des sommes au nom de tous les consommateurs des télécoms, sans aucun mandat délivré à lui par ceux-ci ».
Pour les syndicats,  » en agissant sans mandat et avec des documents fallacieux, le Sieur Adama Traoré a usurpé et escroqué et ces faits constituent une violation des dispositions des Articles 166, 275 du Code Pénal Malien « .
C’est pourquoi, le Syndicat des Travailleurs SOTELMA-MALITEL réclame justice à travers la réparation des préjudices causés par les agissements d’Adama Traoré, évalués à 800 millions de FCFA « .

Daouda SANGARE

Source: L’Indépendant

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.