UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Découverte d’une dame égorgée à Lafiabougou Bougoudani

La criminalité est croissante à Bamako. Même si des statistiques fiables ne viennent pas soutenir cette allégation, il est incontestable que la capitale malienne est dangereuse et anxiogène aujourd’hui, en raison des nombreux meurtre qui y sont perpétrés. Ce dernier crime, commis à Lafiabougou Bougoudani, ne fait que confirmer la tendance morbide.
Le mercredi 13 avril, le quartier de Lafiabougou-Bougoudani, en Commune IV, s’est réveillé avec la mauvaise nouvelle de l’assassinat d’une dame, âgée d’une trentaine d’années, dont le corps a été découvert à deux pâtés de maisons de la mosquée dudit quartier. puis mis à la disposition de la voirie du district de Bamako. Informé de la découverte macabre du corps sans vie, le Commissariat du 5è Arrondissement a lancé un appel à témoin afin d’aider les enquêteurs à retrouver les parents de la défunte, qui a été égorgée par son bourreau. Il convient ainsi de rappeler que, le 18 mars dernier, c’est le corps sans vie d’un vendeur de véhicules qui a été retrouvé à l’ACI 2000, par ses parents. Ce dernier était parti à la rencontre d’un client et il n’est plus revenu dans sa famille. A ce cas s’ajoute l’assassinat d’un chef de famille et de sa femme ainsi que de ses enfants, retrouvés dans un puits, à Niamakoro Courani, courant février 2022. Sans compter les deux corps sans vie retrouvés sur les berges du fleuve Niger, en janvier dernier, dont d’aucuns disaient que c’était des fous. En tout cas, il est opportun d’aller jusqu’au bout de certaines enquêtes pour rassurer la population et de mettre en exergue toutes les compétences de nos services spécialisés en la matière. Il s’agit de nos Brigades d’Investigations ainsi que de nos unités scientifiques.

O. BARRY

Source: L’Indépendant

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.