UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Nouvelle prison centrale de Kénioroba :  » L’ouvrage respecte les standards internationaux en matière de détention des prisonniers « , le ministre Kassogué dixit

Le ministre de la Justice et des Droits de l’homme, Garde des Sceaux, Mamoudou Kassogué, s’est rendu, le jeudi 19 mai, à la nouvelle prison de Kénioroba, située dans la commune de Bancoumana, à plus de 60 kilomètres de Bamako. C’était pour constater de visu la fin des travaux de la prison devant accueillir 2.500 pensionnaires. Au terme de cette visite, il a annoncé que tout est fin prêt pour l’inauguration.
Le préfet de Kati, le sous-préfet de Siby et le maire de Bancoumana ont accueilli la délégation ministérielle, composée pour la circonstance du Directeur national de l’Administration pénitentiaire et de l’Education surveillée, Ibrahima Tounkara et de celui de l’Administration de la Justice, Mamadou Aroubouna Maïga.
A l’entrée de cette prison bâtie sur 6 hectares, le ministre et sa suite ont été soumis à un contrôle de scanner avant d’accéder à l’intérieur de la prison. La délégation était guidée par le chef du bureau de contrôle et de suivi de la prison de Kénioroba, Gaoussou Tangara et le régisseur principal de la prison, Amadou Alhousseini Maiga. Les officiels ont ainsi visité l’administration, l’infirmerie, le service social, la bibliothèque, la salle de réfectoire, les cellules, entre autres.
Interrogé par nos soins, l’infirmier d’Etat, commis à la réception des malades, Ichiaka Sangaré, a relevé que les maladies diagnostiquées chez les détenus déjà sur places sont le paludisme, les infections cutanées, la toux et la gale. Avant d’indiquer que, pendant les trois jours qu’il passe sur place par semaine, il peut consulter 60 prisonniers par jour.
Selon le régisseur principal de la prison de Kénioroba, Amadou Alhousseini Maiga, les détenus sont 20 personnes par cellule. Au total, la prison dispose d’une capacité d’accueil de 2.500 pensionnaires. Mais, déjà les dispositions ont été prises pour placer près de 570 personnes afin de désengorger la prison de Bamako-coura, où plus de 2000 pensionnaires vivent. Il a saisi cette occasion pour présenter des doléances au ministre, qui se rapportent, entre autres, à l’urgence de doter les agents sur les miradors d’armes lourdes, à l’augmentation du personnel médical, à la mise à disposition d’une ambulance équipée pour les évacuations des détenus dans les centres de santé.
De son côté, le Directeur général de l’Administration pénitentiaire et de l’Education surveillée, le magistrat Ibrahima Tounkara, a souligné qu’il est prévu le recrutement de près de 200 surveillants de prison pour renforcer la sécurité au niveau des 60 prisons sur l’ensemble du territoire national.
A l’issue de la visite de la prison de Kénioroba, le ministre de la Justice et des Droits de l’homme, Garde des Sceaux a exprimé sa satisfaction au regard des réalisations faites sur place, à hauteur de 11.549.853.125 F CFA sur le Budget national. Il a ainsi révélé que l’ensemble des conditions sont réunies pour aller à l’inauguration de la prison centrale de Kénioroba.  » C’est un véritable joyau architectural dont nous pouvons être fiers parce qu’il n’y a pas pareil dans la sous-région « , a-t-il souligné. Ajoutant que  » l’ouvrage respecte toute la dignité de l’homme « . Il a informé que ladite prison  » permet un séjour carcéral réussi au détenu et permet aussi à notre pays de respecter les standards internationaux en matière de détention des prisonniers ».
En effet, le ministre Mamoudou Kassogué a rappelé que les dispositions sont prises pour renforcer la sécurité autour de la prison avec la création d’une garnison militaire. Il a également évoqué la possibilité de faire déplacer les juges à la prison pour les enquêtes. Avant d’informer que les discussions sont en cours avec les plus hautes autorités pour aller rapidement à l’inauguration de la prison pour désengorger celle de Bamako.

Oumar BARRY

Source: L’Indépendant

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.