UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

L’enfer aux portes de Bamako: 2ème partie Moribabougou : une fabrique de biscuits en hibernation ressuscitera bientôt en pleine conurbation urbaine

Les travaux ont repris de plus belle, aux dernières nouvelles, discrètement puis ouvertement, s’appuyant sur la faiblesse apparente des autorités de tous bords. Lesquelles ont implicitement, par leur inaction et leur mutisme, sans discernement des conséquences réelles sur la santé des citoyens et sur l’environnement, permis l’implantation de ladite biscuiterie dont les effets nocifs sont notoires et ont été étayés dans notre précédent article.
De nombreuses questions demeurent au sujet de ces deux anomalies
Donc, qui a autorisé un manège plus bruyant que distrayant à Moribabougou et la réouverture de la fabrique ?
Qui a autorisé une fabrique aux relents évidents, non loin de ce manège, avec une connexion à la moyenne tension électrique d’EDM, sans autorisation apparente de la société ?
Qui s’occupera d’éteindre ces nuisances qui s’installent durablement dans un quartier, lui donnant des allures de secteur de non droit ?
Avis à la municipalité, aux autorités nationales et locales en charge de la lutte contre les nuisances et autres pollutions, à EDM, aux sécurocrates, qui se déchargent les unes sur les autres, laissant les citoyens désarmés devant tant d’indifférence et de faiblesse.

Seïdina Oumar Dicko – DSO –

Source: L’Indépendant

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.