ven. Juin 24th, 2022

UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Après le massacre de 132 civils à Bankass, au Centre : la CNDH alerte sur la recrudescence des violences

Suite à la mort de 132 personnes dans les villages de Diallassagou, Diaweli, Deguessagou (Bankass), selon les chiffres officiels, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) condamne l’attaque (18 juin) ainsi que celle survenue dans la commune d’Anchawadj (Gao), avec un bilan provisoire d’une vingtaine de morts et de plusieurs troupeaux emportés. Outré, le président de cette organisation de défense des droits humains, Agibou Bouaré, a exprimé ses condoléances à toutes les victimes. Avant d’alerter les autorités face à la recrudescence des violences, objet d’allégations de violations et d’abus des droits de l’Homme, perpétrés contre les populations civiles dans le Centre et le Nord du pays : « elle réitère son appel pressant au Gouvernement à assumer ses responsabilités dans la protection des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national. Invite les FaMA et les encourage à lutter contre le terrorisme dans le strict respect du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire « .