UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Suite à la mise sous mandat de dépôt d’un enseignant à Kéniéba (Kayes): Les surveillants du BAC ont boudé les salles d’examens

Après la première journée du Baccalauréat malien à Kéniéba, commencé, lundi dernier, les surveillants des Centres de Lafiabougou 2è Cycle, du Lycée de Kéniéba, de Ballabougou 2è Cycle ont décidé de suspendre leurs activités de surveillance. Ce, suite à la mise sous mandat de dépôt d’un des leurs, du nom de Balla Sogoba.

Cette information a été donnée par la synergie locale des syndicats de l’Education signataires du 15 octobre 2016, dans une lettre d’information adressée aux présidents des Centres d’examen du Baccalauréat Malien à Kéniéba.

En effet, aux dires des syndicalistes, l’enseignant Balla Sogoba, qui surveillait les opérations d’examen au Centre de Lafiabougou 2è Cycle de Kéniéba, aurait accepté l’accès dans la salle d’examen d’une candidate, sans aucune pièce d’identité. Selon lui, cette dernière aurait oublié sa carte d’identité à la maison (une pièce obligatoire pour prendre place dans la salle).

Etant donné que le domicile de cette jeune dame est loin du Centre d’examen et qu’en plus, le surveillant en question la connaît, ce dernier l’a autorisée à prendre part à l’examen, sous condition qu’après les épreuves du matin, elle soit munie de l’indispensable document avant celles de l’après-midi.

Ses ennuis ont alors commencé. Quelques minutes plus tard, le Directeur de l’Académie d’Enseignement (DAE) de Kéniéba, au cours de son contrôle de routine dans les différentes salles, a constaté que la candidate était dépourvue d’une pièce d’identité. Aussitôt, il interrogea la jeune dame, qui a affirmé l’avoir oubliée à la maison. Et le surveillant de salle de rappeler les raisons de son autorisation.  » J’ai accepté qu’elle fasse cette première épreuve pour ensuite aller chercher sa carte d’identité avant celle du soir « , a-t-il clarifié.

Mécontent, le Directeur de l’Académie a alerté deux policiers en vue de conduire la candidate et le surveillant au commissariat de police de Kéniéba. Les deux fautifs auraient été ensuite présentés devant le Procureur de la République qui, à son tour, les aurait placés sous mandat de dépôt.

Cette situation a indigné les collègues du surveillant sanctionné, qui ont décidé de boycotter les trois autres journées d’examen. Ils ont été immédiatement remplacés par des jeunes, ont rapporté les syndicalistes.

Falé  COULIBALY

Source: l’Indépendant

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.