UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Première session ordinaire 2022 de la Cour d’assises de Bamako: Jugé pour  » parricide  » : Adama Koné condamné à la peine de mort

La Cour d’assises a reconnu, le mardi 11 octobre dernier, Adama Koné coupable de  » parricide  » sur sa mère Oumou Yattara. Ainsi, il a écopé de la peine de mort pour cet acte commis, courant 2017 à Bamako.

Il résulte de l’information qu’en 2017, la mère d’Adama Koné, ayant appris que son fils consommait de la drogue, décida de se rendre à Bamako. Sur place, elle mena ses propres investigations pour en savoir davantage. C’est ainsi qu’elle se rendra au 3è pont, précisément au niveau du pont de  » Babili-Koroni », où elle retrouva son fils. Après quelques échanges, les relations s’envenimèrent rapidement et Adama Koné asséna des coups de coupe-coupe à sa mère, qui la blessèrent gravement. Transportée à l’hôpital, la dame succombera à ses blessures. L’auteur des coups mortels sera, quant à lui, conduit au Commissariat du 13è Arrondissement, où il sera poursuivi puis inculpé pour le crime de « parricide ».

A la barre, l’accusé a réitéré les mêmes propos, soutenant que sa mère pratiquait de la sorcellerie et qu’elle lui a demandé d’adhérer à son association. Face à son refus catégorique, sa génitrice a promis de lui donner la mort.

Le ministère public a requis la peine capitale pour Adama Koné. Avant d’ajouter que ce dernier, capable de porter des coups mortels à celle qui lui a donné le jour, n’a pas sa place dans la société. Et, l’avocat de la défense, en plaidant coupable, n’a nullement infléchi la peine de son client. Qui a été condamné à la peine de mort par la Cour pour « parricide ».

O.BARRY

Source: l’Indépendant

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.