UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Reliant Sorokoro à Beleko le bac en panne depuis 15 jours

Ce moyen de transport conduisant à la commune de Dolendougou en passant par Beleko est en panne depuis plus de deux semaines. Perturbant du coup le déplacement et le ravitaillement en denrées alimentaires et autres de la population.

C’est un véritable calvaire que nous vivons, depuis des semaines, à cause de l’arrêt du bac « , a déploré Bouba Kouyaté, lors d’une sortie dans les médias, le samedi 29 octobre, en débarquant de la pirogue. Alors que  des jeunes procédaient à l’embarquement des marchandises pour la foire de Béléko, qui se tient chaque samedi.

Pour le maire de Dolendougou, Gnito Dembélé, le ravitaillement en produits alimentaires et autres vient en grande partie de Bamako via le pont de Sorokoro, qui, malheureusement, a été submergé par les fortes  pluies. Et,  » le bac reste notre moyen de transport en hivernage, depuis des années « , a-t-il déclaré. Ajoutant qu’ » il y a plus de deux semaines, le bac est à l’arrêt à cause d’un problème de moteur. C’est pourquoi, nous demandons aux autorités de réparer le bac, mieux encore, de construire un pont moderne permettant la mobilité pendant toute l’année « , a plaidé l’édile, âgé de plus 50 ans. Abondant dans le même sens, Drissa Traoré, élu de son état, depuis 17 ans à la tête de la commune de Nangola, une localité située entre Fana et Bélékou, a déploré également le même problème, proposant que la gestion du bac soit confiée à la mairie.  » Le samedi 22 octobre dernier, trois bœufs, achetés à plus d’un million de F CFA, lors de la foire de Béléko, ont péri lors de la traversée par pirogue « , a-t-il informé.

De son côté, le chef du village de Sorokoro, Youssouf Dembélé, a rappelé les conséquences de la paralysie du bac sur le plan sanitaire. Redoutant le risque qu’il y a à faire transporter par la pirogue les malades vers  le CSréf de Fana.

Interrogé sur l’état de la panne, le Chef de la Subdivision des Routes de Dioïla, Oumar Touré, a souligné qu’il a hérité d’un moteur du bac, en panne depuis cinq ans. Précisant que  » le second moteur, qui permettait au bac de fonctionner, est aussi hors d’usage, depuis une quinzaine de   jours « . Oumar Touré de noter que, lors de sa prise de fonction,  » la caisse de gérance était vide. Ainsi, le nouveau préfet de Dioïla m’a informé de procéder à la mise en place d’un comité de gestion suivant l’arrêté interministériel portant création du Comité de gestion et du droit de traversée des bacs « . La mise en place de ce bureau, constitué de l’ensemble des acteurs, notamment les mairies concernées, a facilité le  processus de réparation du bac en cours. Rassurant qu’un moteur a été acquis et sera mis en marche pour l’intérêt général des populations riveraines des localités.

A noter qu’au-delà de ces dispositions, les organisations de la société civile de cette contrée, notamment, le  » Mouvement Siraba « , mènent depuis 2017 des activités pour réclamer le bitumage de l’axe Fana-Béléko-Mèna-Kignan-Doumanaba-Gongasso, suivant la Déclaration de Politique générale (DPG) du  gouvernement, en mai 2015.

O. BARRY, envoyé spécial

Source: l’Indépendant

 

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.