UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

 » Propos diffamatoires et accusations infondées … « : La HAC suspend la chaîne Joliba TV pour deux mois

Moins d’un mois après la mise en demeure de la chaîne Joliba TV, la Haute Autorité de la Communication (HAC) a annoncé, le jeudi 3 novembre, la suspension de l’autorisation d’établissement, d’exploitation et de diffusion de la chaîne, pour une période de deux mois. À l’annonce de la décision, les professionnels des médias ont exprimé leur désarroi et leur solidarité aux confrères de Joliba TV.

Après l’annonce de la  »triste nouvelle », un élan de solidarité a été exprimé autour de la chaîne et son personnel. Nombre de professionnels jugent la décision  »extrême » venant de l’autorité de régulation.En effet, les programmes de la chaîne de télé Joliba TV viennent d’être suspendus pour deux mois par la HAC, suite aux griefs faits à l’émission  »Editorial », du 30 septembre, animée par le confrère, Mohamed Attaher Hamidou. À noter que ladite émission, tel que son nom l’indique, est un genre de commentaire dans lequel le journaliste n’a fait que donner son opinion.

Mais la HAC y voit des propos  » diffamatoires et des accusations infondées concernant l’instance de régulation de la Haute Autorité de la Communication, l’état de la liberté d’expression au Mali et les autorités de la Transition ».

Rappelons que  »Reporters Sans Frontière » avait dénoncé  » la mise en demeure abusive adressée par la Haute Autorité de la Communication à la chaine Joliba TV, pour un édito contenant des passages diffamatoires « . En outre, l’Organisation pour la défense des journalistes avait précisé que  » parler de manière péjorative de la transition ne constitue ni un délit ni un manque d’éthique ».

Selon plusieurs professionnels des médias, cette décision, qui intervient près de sept mois après la suspension de RFI et France 24, fait craindre un  »précédent fâcheux’‘. Beaucoup s’interrogent si la décision ne donne pas raison à ceux qui estiment que la liberté d’expression est menacée au Mali.

Moussa Bilaly Sidibé

Source: l’Indépendant

 

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.