UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

Jugé pour  » coups mortels  » sur Lassine Kanté: Pascal Sanou condamné à 10 ans de réclusion criminelle

La Cour d’assises a rendu, vendredi 4 novembre, son arrêt sur l’affaire ministère public contre Pascal Sanou, jugé pour  » coups mortels  » sur Lassine Kanté. A l’issue des débats, l’accusé a été condamné à dix (10) ans de prison ferme.

Selon l’arrêt de renvoi de l’affaire, devant la Cour d’Assises de Bamako, Pascal Sanou souffrait d’une blessure incurable à la jambe. Et en 2020, son beau-frère, le nommé Abdoulaye Keïta l’a amené chez lui, à Tonga, commune rurale du Meguétan. Ainsi, il commencera un traitement, qui impacta positivement sa santé. C’est à la veille de son retour à la maison qu’il est allé dans une cérémonie de mariage à Tien-là. Sur place, il s’adonna à la beuverie. Sur le chemin de retour au village qu’il fera une halte au bar de son beau-frère, où celui-ci constata qu`il était ivre et qu’il portait des blessures, consécutives sans doute à une chute de moto. C’est sur ces entrefaites qu’un vieux entra dans le bar et entreprit de railler Pascal à cause de son état d’ivresse. Ce dernier réagit en proférant des injures à l’encontre du vieux  puis lui donna des coups de son couteau de cuisine à sa cuisse droite. Cela malgré, l’intervention  de son beau-frère, Abdoulaye Keïta. Après le forfait, la victime sera identifiée comme étant Lassine Kanté. Et, Pascal Sanou sera conduit à la Gendarmerie pour interrogatoire, puis d’être inculpé pour  » coups mortels  » par le Tribunal de Koulikoro.

A la barre, l’accusé a d’abord tenté de nier les faits en rapportant des propos contraires à ceux de son interrogatoire chez le juge d’instruction. Il a fallu l’instance du président de la Cour pour qu’il se ressaisisse, en disant toute la vérité sur les coups mortels.

Dans son réquisitoire, le ministère public a requis le maintien de Pascal Sanou dans les liens de l’accusation suivant l’article 202 du Code Pénal.  Quant à son avocat, il a plaidé coupable, en demandant au jury d’accorder des circonstances atténuantes à son client.

La Cour, dans sa souveraineté, a accepté la requête de l’avocat commis d’office, en condamnant Pascal Sanou à 10 ans d’emprisonnement ferme pour  » coups mortels « .

Oumar BARRAY

Source: l’Indépendant

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.