UNE NATION QUI LIT EST UNE NATION QUI GAGNE

La BDM-SA a tenu la 80ème session de son Conseil d’administration le 18 mars dernier: Le Groupe bancaire affiche 2. 150 milliards de FCFA de total  bilan  en 2022, soit une hausse de 18, 09% par rapport à 2021

Le Conseil d’Administration de la Banque de Développement du Mali (BDM-SA) a tenu, le samedi 18 mars, dans la salle de conférence du siège de la banque, les travaux de sa 80ème Session sous la Présidence de Son Excellence M. Ahmed Mohamed Ag Hamani.  Consacrés essentiellement à la poursuite de la mise en conformité de la banque avec les dispositions des textes règlementaires, à l’examen et à l’adoption des comptes individuels et consolidés arrêtés au 31 Décembre 2022, il en ressort que le premier Groupe bancaire malien a réalisé des performances historiques malgré le contexte économique particulièrement difficile, avec un total bilan de plus de FCFA 2.150 milliards (+18,09%)  et un produit net bancaire de près de FCFA 86 milliards (+16,21%).

Dans son discours d’ouverture, le président du Conseil d’administration, dira que  » l’exercice 2022 n’a pas été un long fleuve tranquille pour l’Etablissement qui, en plus d’être fortement engagé à apporter les corrections aux constats de la mission de la Commission Bancaire de novembre 2021, a été surpris par une autre mission en Octobre 2022. La forte mobilisation des équipes pour la mise en conformité de la Banque a été très éprouvante et mérite d’être saluée.

L’exercice a également été marqué par la gestion résiduelle des effets de la pandémie de la maladie à Coronavirus COVID-19, de la crise politico-institutionnelle et surtout des sanctions économiques et financières infligées au Mali par la CEDEAO et l’UEMOA pendant tout le premier semestre 2022« . C’est dans ce contexte qu’il a qualifié de  » tumultueux  » que la BDM-SA a évolué au cours de l’exercice sous revue. Fort heureusement, poursuit-il,  avec  » l’accompagnement combien précieux du partenaire stratégique la Bank Of Africa BMCE-Group, l’engagement de l’ensemble des Administrateurs et l’abnégation de tous les travailleurs de la Banque, cet exercice dont l’entame pouvait donner de la frayeur aux plus avertis, nous a renforcés dans notre confiance en nos fondamentaux « .

Croissance des activités de la maison-mère et des filiales

En effet, il a permis de jauger  » le degré de résilience de la BDM-SA « , marqué par  » la  croissance des activités de la maison-mère et des filiales dans leur ensemble, notamment celles de la Guinée Bissau et de la France qui sont désormais dans une zone de profitabilité « .

A en croire Ahmed Mohamed Ag Hamani, «  l’évolution des différents agrégats et des ratios prudentiels de l’Institution en est la parfaite illustration « . Ainsi le Produit Net Bancaire (PNB) du Groupe passe de 74 milliards de FCFA en 2021 à FCFA 86 milliards en 2022. Le total bilan, quant à lui, affiche 2 154 milliards de FCFA contre FCFA 1 824 milliards en 2021. Le Président du Conseil d’administration de  «  féliciter chacun pour la part active qu’il a prise dans la réalisation de ces performances « .

Il n’a pas manqué de rappelé que  » l’atteinte d’un tel niveau est aussi bien un motif de fierté qu’un signal pour un engagement fort désormais sans calcul, afin de conserver le trophée gagné ; ce qui parait être l’épreuve la plus difficile « .

Maintenir la solidité et la stabilité du Groupe 

Les effets économiques et financiers de la guerre russo-ukrainienne, les derniers développements de l’actualité bancaire en Europe et aux Etats Unis d’Amérique, mais aussi les nouvelles mesures mises en œuvre par la BCEAO, au premier trimestre 2023, en ce qui concerne la hausse du taux de refinancement des Banques primaires, sont des risques à prendre en compte.

C’est pourquoi il a appelé le Conseil d’Administration  » à soutenir encore plus fort l’Institution, à la Direction Générale et au personnel à rester plus soudés, plus engagés et surtout très prudents. Nous devons donc veiller ensemble et prendre les précautions idoines pour maintenir la solidité et la stabilité de notre Etablissement, mais aussi reéditer les performances très appréciables que nous venons de réaliser « .

L’ancien Premier ministre d’attirer l’attention des membres qu’avec les aspects de conformité,  » la banque est désormais comme dans un mariage sans divorce avec l’Organe de régulation. Il s’agit donc pour nous d’observer la prudence dans tous les actes et opérations que nous sommes amenés à poser au quotidien, au nom de la Banque. Je salue en passant tous les efforts consentis pour la mise en conformité de notre Etablissement suite au passage des deux missions de vérification de la Commission Bancaire de l’UMOA « .

Mettre en conformité avec les constats de la commission bancaire

Avant de terminer, il a espéré que  le recrutement des différents cabinets de consultants, la création du Comité de suivi de la mise en œuvre des constats de la Commission Bancaire ainsi que les opérations de régularisation quotidiennes en cours, permettront à «  la banque de se mettre en conformité par rapport aux constats issus des différentes missions ci-dessus signalées« .

Youssouf CAMARA

Source: l’Indépendant

 

 

Copyright © L'indépendant 2020 | Newsphere by AF themes.